Shiba Inu leishmaniose

Qu’est-ce que la leishmaniose ?

En voilà un bien vilain mot incompréhensible, la leishmaniose. Quand j’ai découvert ce que ça voulait dire. J’ai tellement flippé de ce danger que j’en ai écrit cet article dans le but de protéger votre chien adoré. Les propos évoqués par un célèbre vétérinaire vont vous surprendre !

Comment le chien attrape-t-il cette maladie ?

La maladie est due à un parasite microscopique transmis par la piqûre d’un phlébotome.

Phlébotome ? késaco ???

[« phlebo » = veine, « tome » = couper]

Ce sont de mini-insectes -mouches, moustiques, moucherons de diverses espèces de diptères- (2 à 3 mm), velus, qui ne possèdent qu’une paire d’ailes et dont la particularité la plus frappante est qu’ils volent en silence et ne s’élèvent pas à plus d’un mètre ; avant chaque piqûre ils sautillent sur leur proie. Seules les femelles se nourrissent de sang, les mâles se contentent de sèves de plantes.

Leur observation est difficile de par leur petite taille, leur couleur pâle et leur vol rapide et saccadé. Ils fréquentent de plus des lieux obscurs, et la brièveté de leurs déplacements les rend discrets.

Ils piquent le plus souvent à la tombée de la nuit, plus rarement pendant le jour, dans les habitations ou à proximité (mais peuvent comme leurs amis les moustiques, être attirés par les lumières artificielles.

De même généralement, ce sont pendant les mois les plus chauds qu’ils sévissent le plus !…

Les phlébotomes sont de plusieurs espèces

Certains se nourrissent sur les animaux à sang chaud et se rencontrent dans les clapiers, les porcheries, les étables, les écuries, les chenils, les poulaillers et dans les terriers.

D’autres piquent les animaux à sang froid et s’observent à l’entrée des gîtes de ces animaux et sous l’écorce des arbres, près des nids de lézards.

LEISHMANIOSE ?

Le nom vient de William Boog Leishman qui identifia la maladie, en 1901.

La leishmaniose est une zoonose (maladie commune au chien et à l’homme et certains autres mammifères).

Bien que décrite dès  1912, la leishmaniose du chat  a été longtemps considérée comme étant un phénomène exceptionnel. Il semblerait que dans certains pays du Sud, la maladie se soit plus développée, mais nettement moins que pour le chien. Elle resterait assez rare.

Chez l’homme, en Europe, cette maladie n’atteint généralement que les personnes immunodéprimées ou les enfants ; la maladie est transmise à l’homme lors de piqûre par les phlébotomes.

De rares cas de transmission chien-homme ont été soupçonnés, mais non confirmés.

Aux Etats-Unis, des cas ont prouvé la transmission de chien à chien avec contamination directe par le sang et les sécrétions ainsi que par voie trans placentaire d’une chienne infectée à ses chiots.

Fort heureusement, tous les chiens piqués par le phlébotome ne développent pas la maladie.

Par contre un chien porteur de la maladie qui sera piqué par un phlébotome sain, infectera celui-ci qui communiquera la maladie à sa prochaine piqûre…  Donc, un chien porteur est également un risque de contamination pour ses congénères (et pour les humains, par la même occasion).

Le moment d’apparition des symptômes est très variable d’un chien à l’autre : de un mois à 2 ans après la piqûre, parfois beaucoup plus (j’ai même lu jusqu’à 6 ans !)

LES SYMPTOMES

Les symptômes de cette maladie dépendent de la localisation du parasite dans l’organisme du chien. Ils peuvent apparaître simultanément ou séparément, ce qui rend le diagnostic d’autant plus difficile.

Les plus courants :

Chute importante des poils autour des yeux et du museau, amaigrissement alors que l’animal mange normalement, apparition de pellicules et croûtes sur la tête et sur le corps.

Mais il peut y avoir aussi :

Fatigue, anorexie, fonte musculaire, allongement inhabituel et rapide des ongles, lésions des griffes, boiteries, épaississement important des coussinets, augmentation de la taille de ganglions

Ou encore :

  • Fièvre
  • Ganglions, foie et rate qui augmentent de taille
  • Ulcères buccaux, saignement d’yeux, saignement de nez
  • Atteinte des articulations
  • Atteinte des yeux : les parasites peuvent également entraîner une inflammation des structures de l’œil (kétaro-conjonctivite, uvéite). Elle se manifeste par un œil rouge, larmoyant, douloureux, avec des écoulements
  • Atteinte rénale, qui peut être très grave et souvent irréversible. Elle se manifeste par une augmentation de la prise de boisson et par conséquent le chien urine plus et plus souvent.

LA MALADIE EN ELLE-MEME ?

La leishmaniose est une maladie d’évolution lente dans la plupart des cas.

Quand un phlébotome  infecté pique un chien, les parasites microscopiques sont déposés à la surface de la peau (pour être ensuite absorbés par les cellules immunitaires). Une légère lésion apparaît, habituellement sur une oreille ou sur le museau.

Plus tard, apparaissent généralement des signes (voir symptômes ci-dessus).

Le parasite se reproduit et envahit ensuite les cellules et globules blancs du chien, se dissémine dans les organes internes et commence à altérer le système immunitaire.

2 formes courantes de leishmaniose

Cutanée : c’est la forme la plus répandue => lésions ulcératives sur le corps qui apparaissent des semaines ou des mois après l’infestation. Elles guérissent habituellement en quelques mois, laissant des cicatrices particulièrement inesthétiques.

Viscérale  => provoquant anémie et/ou problèmes hépatiques. (Le volume de la rate peut également devenir plus important que celui du foie. )

Mais il existe également des formes atypiques :

  • Des formes digestives
  • Des formes nerveuses (crises épileptiformes)
  • Des atteintes ostéo-articulaires
  • Des formes généralisées foudroyantes, notamment chez le chiot
  • Une atteinte cutanée avec apparition sur l’animal de nodules ou de pustules

MAIS OU HABITENT DONC CES PHLÉBOTOMES ?

Ils sont un peu partout dans le monde (dans près de 90 pays répertoriés)

Ces phlébotomes propagent cette maladie, qui est très répandue, dans les différents continents.

En Europe, elle concerne principalement le Bassin Méditerranéen, mais également l’Autriche et l’Allemagne.

En France, elle se rencontre principalement dans les régions: Provence-Alpes-Côte-D’azur, Corse, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées. Elle s’étend vers le sud-ouest et remonte jusqu’au sud de la région Rhône-Alpes.

PROPOS D’UN VETO ?

En 2008, le Dr David Lussot, vétérinaire a déclaré au magasine « Sciences et Avenir » :

  • En France…  « … chez les chiens on enregistre 6000 à 7000 nouveaux cas par an et le périmètre de la maladie ne cesse de s’étendre« …
  • « Sans traitement, les animaux meurent rapidement ; avec un traitement ils peuvent survivre quelques années mais le pronostic est généralement défavorable. »

UN TRAITEMENT

Le traitement de la leishmaniose est compliqué et ne permet pas de se débarrasser totalement du parasite. De plus, les récidives sont fréquentes.

Une rémission est possible si le traitement commence très tôt, alors que les lésions des organes sont peu importantes. Mais le traitement est lourd (nombreuses injections) et inégalement efficace (avec effets secondaires parfois importants)

QUE FAIRE ?

de la prévention !… Surtout si vous habitez dans une zone à risques, mais également même si vous n’y allez qu’en séjour, en période chaude surtout, avec votre compagnon à 4 pattes..

– des colliers (type « Scalibor ») à base de deltaméthrine sont préconisés et considérés comme efficaces contre ce phlebetome (ainsi que pour les tiques).

A noter que certains chiens peuvent développer une allergie au contact de ces colliers…

– Depuis mai 2011, est commercialisé en Europe, le premier vaccin contre la leishmaniose canine.

Et là, nous en revenons à l’habituel dilemme « pour ou contre les vaccinations ? ».

(159 lectures)

Chien, Danger, Leishmaniose, Maladie

Site et Paiement sécurisé

Notre boutique utilise la technologie de cryptage SSL qui vous offre une sécurité maximale, notamment sur la protection des données pour les services bancaires en ligne.